Retour


Présentation des U.L.I.S.


U.L.I.S. - Collège Jules Vallès - Le Puy-en-VelayLes Unités Localisées pour l'Inclusion Scolaire (U.L.I.S.) constituent une des modalités de mise en œuvre de l'accessibilité pédagogique pour les élèves handicapés. Elles proposent, en milieu scolaire ordinaire, des possibilités d'apprentissage souples et diversifiées. Elles permettent la mise en oeuvre des projets personnalisés de scolarisation (PPS).

Les élèves orientés en ULIS sont ceux qui, en plus des aménagements et adaptations pédagogiques et des mesures de compensation mis en oeuvre par les équipes éducatives, nécessitent un enseignement adapté dans le cadre de regroupements et dont le handicap ne permet pas d'envisager une scolarisation individuelle continue dans une classe ordinaire.

Chaque élève scolarisé au titre des ULIS bénéficie, selon ses possibilités, de temps de scolarisation dans une classe de l'établissement scolaire où il peut effectuer des apprentissages scolaires à un rythme proche de celui des autres élèves.


L'actualité des U.L.I.S.


Vendredi 3 juin, les élèves des classes ULIS du collège Jules Vallès ont accueilli quatre joueurs du club Handibasket du Puy, dont certains sont sélectionnés pour les Jeux paralympiques de Rio en septembre prochain. Abdel, Omar, Bilel et Nouri ont ainsi répondu, pendant une heure, aux questions des jeunes curieux, impressionnés par ces sportifs de haut niveau. Voici un compte-rendu de leurs échanges.


Bien que se pratiquant en fauteuil roulant, le handibasket se joue sur un terrain ordinaire et obéit aux mêmes règles de jeu que le basket-ball (cinq joueurs contre cinq, deux arbitres valides). Les qualités requises sont également proches de celles des basketteurs valides : rapidité, force, attention, endurance… Petite spécificité du handibasket : les cinq joueurs sur le parquet ne doivent pas dépasser un total de 14,5 points. En effet, chaque joueur représente un certain nombre de points de 1 à 5, selon son handicap (« classification »), 5 étant le maximum de points attribués aux joueurs valides. Par ailleurs, l’équipe peut être mixte. Une femme, à handicap égal, a systématiquement 0,5 point de moins qu’un homme. Il faut ainsi allier stratégie sportive et stratégie mathématique lors des matchs.


Les sportifs avaient apporté avec eux un fauteuil de match : roues inclinées pour être plus stable et plus rapide, sangles pour maintenir fermement le joueur sur l’assise. Ce fauteuil est également beaucoup plus maniable et plus léger qu’un fauteuil ordinaire grâce aux matériaux nouveaux utilisés pour sa fabrication sur-mesure, d’où son coût très élevé, entre 5000 et 8000€ !

Bilel a fait une démonstration sur ce fauteuil, simulant une chute et montrant comment, lui, parvient à se relever. Chaque joueur, en fonction de son handicap, possède sa propre technique. Certains peuvent avoir besoin d’aide et lors d’un match, les arbitres peuvent arrêter le jeu si une chute se produit en pleine action.


Les basketteurs handisport ne sont pas professionnels, aussi doivent-ils travailler pour vivre. Mécanicien, technicien qualité, formateur chez McDo ou étudiant, chacun a expliqué comment il conciliait vie professionnelle et vie sportive. Certains ont la chance d’avoir un patron compréhensif qui accepte d’adapter l’emploi du temps aux heures d’entraînement ou aux compétitions, d’autres n’ont pas cette chance…

Les sportifs de haut niveau consacrent beaucoup de temps aux entraînements : deux séances hebdomadaires au club du Puy, mais ils s’entraînent aussi individuellement et font notamment de la musculation. A cela, s’ajoutent les matchs le week-end. L’équipe Handisport basket du Puy évolue cette saison en Nationale 2, ce qui est un niveau très élevé. Parmi les quatre invités du collège, se trouvent un champion d’Algérie et deux champions d’Afrique sélectionnés pour participer en septembre prochain aux Jeux Paralympiques de Rio dans l’équipe d’Algérie ! Il faut préciser qu’une seule équipe en provenance d’Afrique se rendra à Rio cette année et c’est la leur. Quand les collégiens leur demandent s’ils appréhendent cet évènement, ils répondent qu’au contraire, ils sont très excités et impatients et que c’est un rêve d’enfant qui se réalise. Ils rappellent que c’est le rêve de tout grand sportif, mais que pour eux, surmonter les difficultés liées à leur handicap, est déjà un combat de tous les jours, ils doivent toujours en faire plus que les valides au quotidien et pas seulement dans le milieu du sport. Alors, se retrouver à ce niveau de réussite sportive est une grande satisfaction. Ils montrent d’ailleurs toujours un état d’esprit très positif, expliquant aux élèves qu’il ne faut jamais s’avouer vaincu et que chacun peut réussir dans son domaine quelles que soient ses faiblesses, quel que soit son rêve.

Abdel, Bilel, Nouri et Omar devraient revenir au collège Jules Vallès. Ils ont proposé, pour leur prochaine visite, une démonstration de jeu dans le gymnase. Peut-être à l’automne 2016 ? Pour faire part aux collégiens de leur expérience olympique ?